Vincent, gentilhomme galant.

 

 

 

TOME 3

"A un tournant serré de la piste, Vivant-Denon se trouva près de mon chameau. Suivit-il mon regard?

-Un bien joli militaire... dit-il avec un sourire pétillant de malice. C'est le colonel Malegarde. Il commandait la demi-brigade de cavalerie qui nous a escortés depuis Rosette. Je ne vous cacherai pas que je l'ai, comme vous, soupçonné de moeurs ultramontines; il est toujours d'une telle élégance qu'il en devient efféminé. Eh bien non! C'est un foudre de guerre! Et puis... il est marié!

-Avec une femme? m'écriai-je, stupéfait.

Il partit de rire.

'Avec qui donc voudriez-vous qu'il le fût? Sous la bannière de Barras et de Cambacérès, la République a quelque peu lâché les moeurs, mais elle ne marie point encore les hommes entre eux. Peut-être dans un siècle ou deux...

L'idée dut lui paraître cocasse car il redoubla sa gaîté. "

 

 

1798. Neuf ans ont passé depuis que Vincent est entré au service de feu le marquis de Saint-Roman, père d'Analys, son insaisissable bien-aimée. La Révolution a changé les timides amoureux de jadis: lui est devenu armateur à Venise, elle, travestie en garçon, colonel des hussards.

Vincent arme un navire pour gagner Alexandrie dans l'espoir de la retrouver. Après une traversée mouvementée, il découvre l'Egypte telle qu'elle apparait aux soldats et aux savants de Bonaparte, avec ses vestiges ensablés, ses palais, ses taudis, ses princes, ses fellahs et ses esclaves. Alors que naît l'égyptologie, coptes, musulmans et Anglais se perdent en intrigues. Vincent est enlevé.

Dans ce creuset de passions où couvent la révolte et la peste, l'intrépide Analys triomphera-t-elle des voluptueuses Orientales, de l'inquiétant Fayçal, de l'énygmatique Balafré et de l'ombre du marquis de Sade qui, plus que jamais, menace leurs amours?